jeudi 2 février 2017

Fillon et la soupe au Canard

Eh ! Monsieur du Canard, où étiez-vous quand le crime fut commis ?



Tout le monde déplore avec juste raison les agissements d’un élu qui a été pris la main dans la marmite, mais personne ne remet en cause la marmite elle-même. Car enfin, que de telles pratiques aient pu perdurer pendant plus d’une décennie sans que cela ne fasse scandale, cela pose un sacré problème. Que dirait-on d’une police qui s’enorgueillirait de boucler un truand dix ans après un hold-up réalisé au vu de tous ? Et nos autorités judiciaires n’ont-elles pas prévu un petit budget pour faire un minimum de contrôle sur les finances distribuées à nos élus, parmi les monstrueux 57% du PIB consacrés aux dépenses publiques ?

Ben non. C’est que, voyez-vous, le système est un authentique pousse-au-crime. Les turpitudes qu’il permet (on n’ose écrire : « qu’il encourage ») en font un terreau de népotisme, de passe-droits de tout poil, de financements douteux sur le dos du contribuable.

On aura la peau de Fillon, se réjouissent certains. Bien. Mais personne ne parle d'avoir la peau du mammouth gavé de subventions qui rend justement possible des dérives à la Fillon. Le mot dérive est sans doute mal choisi : dans la logique interne des choses, il s’agit d’une marche normale des événements. Car l’échafaudage qui soutient la charpente démocratique a un vice de forme. Il a été fait en temps de guerre, pour un chef de guerre. La Ve République encourage le monarchisme, les dérives courtisanes, récompense les flatteurs et habiles intrigants en faisant taire les contre-pouvoirs. La constitution gaullienne a fait de notre système politique une institution obèse, pataude, à la fois toute-puissante et inefficace, qui engloutit jusqu’à la nausée l’argent des contribuables. Le résultat, on le voit aujourd’hui. Mais châtier le coupable ne rendra pas la pétaudière plus vertueuse.

La presse est-elle un contre-pouvoir ? Quand elle se déchaîne des lustres après les faits reprochés, on en doute. Imagine-t-on Woodward et Bernstein publier la bombe du Watergate au beau milieu des années 80 ? Ah, mais c’est vrai, c’étaient des journalistes, eux. Et leur journal ne bénéficiait pas des prébendes généreuses d’un état bienveillant. Doit-on s’étonner qu’une presse subventionnée puisse s’interroger à deux fois avant de donner un coup de pied à la marmite où mijote la soupe si savoureuse ? Le Canard, si fier de ne pas infliger de publicité à ses lecteurs, ne crache pas, semble-t-il, sur une manne de plus d’un demi-million d’euros en guise de compensation du tarif postal, si l’on en croit ceci. On aura connu des rebelles plus soucieux de leur indépendance. 
Une erreur est survenue dans ce gadget